• Un blog de passion

    Bienvenu sur La Famille à Dams, un espace tranquille où nous pourrons autant partager autour du jeu, qu'il soit de plateau ou vidéo. Ou encore discuter de différents média. Bonne visite !
  • C’est moi !

    C’est moi !

Mystic Quest

Posté par damsprofile le 10 avril 2009

Seiken Densetsu sort en 1991 sur Game Boy, et, contrairement aux autres sorties de Square, ce jeu propose un Action RPG, dans la pure tradition d’un Zelda, plutôt qu’un RPG classique dans la veine d’un Final Fantasy. Le jeu sortira peu après en Europe et aux Etats-Unis, mais pour une question marketing, le jeu sortira sous le nom de Final Fantasy Adventure, alors que le jeu n’a rien à voir avec la série, bien que le héros se balade avec un Chocobo, une créature directement sortie de la série phare de Square. En France il sera rebaptisé Mystic Quest. Le lancement de ce titre est important pour l’éditeur, car il marque son entrée en Europe.

Le packaging français pour l’époque est une réussite formidable et, nous devons le souligner, d’une qualité impressionnante pour l’époque. En outre du sempiternel boîtier carton dans la quelle sied notre cartouche, se trouve une carte dépliante avec toute l’architecture du monde de Mystic Quest. Au verso se trouve un index de toute les armes du jeu, l’équipement, passant du casque à l’armure, et également de tout les objets et sorts de disponible ! Soulignons que le livret est entièrement en français et qu’en plus de son contenu informatif concernant les mécanismes intrasèques du soft, le début du jeu sous forme d’un « Guide Book » est très riche et détaillé. Bref une localisation époustouflante a été effectuée sur ce jeu à l’époque, chapeau bas.

Mystic Quest dans Game Boy mysticl
Le scénario est relativement classique, on y incarne un jeune héros qui va partir en quête d’une épée légendaire, la seule arme possible permettant de combattre le démon par qui tout le chaos est arrivé. Simple mais efficace. Notre héros, en quête de cette fameuse Epée Mana, devra par son courage, son ardeur, sa pureté, devenir le détenteur de cette lame qui symbolise la Justice Universelle. Ce cliché très Heroic Fantasy permet de poser les jalons de base qui seront redondant dans tout les épisodes des Seiken Densetsu.

Malgré son âge, le jeu nous transporte dans un univers totalement féerique, tout les rudiments de base du jeu d’aventure sont présent. Vous vous baladez de village en village, rencontrant tout un tas de monde, des elfes, des fées, des nains, et même les fameux Rabbits, ces petits lapins jaunes que l’on retrouvera dans les autres aventures. Un système d’expérience où l’on choisi l’orientation du héros est même présente, petit plus que n’apporter pas les jeux à l’époque.

1 dans Nintendo 2

Le jeu nous propose un panel d’armes différentes ayant tous des rôles bien distinct. C’est ce premier opus de Seiken Densetsu qui pose la base d’équipement utile. Ainsi au travers des ces quatorze objets, le joueur influe sur l’exploration des lieux. Effectivement autant l’épée permet de découper ses ennemis en rondelles, autant la hache permet d’abattre des arbres afin de pouvoir continuer de progresser, ou encore le fléau d’arme ou « étoile » permettant de briser certains murs récalcitrant. Notre héros pourra explorer des endroits jusque là inaccessible et également trouver des points faibles aux monstres environnants les lieux.

3 4

L’innovation première de Mystic Quest se base tout de même sur l’apparition de NPC (Non-playable Character) ou personnages contrôlés par l’ordinateur, vous aidant ainsi dans votre quête. Possédant plusieurs caractéristiques particulières, chaque NPC a un rôle défini par l’aventure que notre Héros aura à poursuivre. Nous retrouverons huit personnages au aspects distincts : vous commencez donc avec la fille, héroïne de l’aventure qui sera le leitmotive constant de notre aventure, possède le pouvoir de soin et de guérir les blessures. Viens par la suite le dénommé « Homme » qui vous apprendra à manier la pioche et utilisera des sorts offensifs basé sur l’élément feu. Watts, nain forgeron récurrent de la série Seiken, fait son apparition, grâce à sa hache il nettoiera les zones polluées de monstres mais également vendra des objets en cours d’aventure. Bogard sera l’allié suivant, il apprendra à notre héros à utiliser l’attaque MAX, qui consiste à accumulé la puissance de ladite arme dans une barre en bas de l’écran, lorsque celle ci clignote, l’attaque MAX est déclenchée. Une drôle de créature au nom de chocobo viens par la suite aider notre aventurier, le célèbre oiseau de la firme Squaresoft sera un des allié les plus utile car il permettra de ce déplacer très rapidement sur la carte. Je vous laisse la surprise des alliés suivant que vous pourriez rencontrer. Bref la vie insufflée au travers des NPC augmente l’attrait pour ce jeu et ainsi permet d’égayer le joueur en le faisant naviguer d’évènements en évènements.

8 14

Relativement important pour la suite de la série, ce Seiken premier instaure une base qui alimentera toute la série.

Publié dans Game Boy, Nintendo | Pas de Commentaire »

Lufia

Posté par damsprofile le 1 avril 2009

Parlons d’un petit Rpg mignon sorti sur Super Nintendo en pal, parlons du cas Lufia.

Ou plutôt Lufia II: Rise of the Sinistrals, qui est son vrai nom mais nos amis de la localisation européenne l’on nommé Lufia car c’est le premier épisode sur le vieux continent. Développé par la société Taito Corporation, ce titre est l’un des derniers jeux Super Nes à être sortie à l’époque en même temps que Chrono Trigger. Bref on retrouve au Game Design Masahide Miyata qui s’occupa de toute la série.

Lufia dans Nintendo lufia

Bon faisons court Lufia n’est pas exceptionnel au niveau du système de combat, il propose des choses intéressantes : le joueur rentre les actions pour ses personnages et ensuite celle-ci s’enchaînent avec celle de l’ennemi suivant l’ordre des protagonistes. Simple mais efficace. Toute le reste tiens dans le pur style RPG de l’époque : on navigue sur les maps, on amasse l’expérience via les combats aléatoires incessant et on progresse ville par ville avec son lot de missions.

lufia2 dans Super Nes lufia3

D’un point de vue scénario, c’est de l’ultra classique, nous retrouvons l’archétype parfait de l’élu qui est en quête d’une mission dont il découvre la vraie nature à 98% du jeu… Dommage, fort dommage car la trame aurait dû être un poil plus éloquent et cela aurait permis une meilleure immersion dans l’univers du jeu.

Aspect le plus intéressant dans le jeu reste son coté puzzle interactif, chaque donjon est composé de multiples énigmes qui font vraiment vous écrabouillez le cerveau. Ainsi ne soyez pas surpris de vous reprendre à plusieurs fois pour passer une pauvre petite salle. Une fois de plus dommage pour le coté systématique des énigmes qui s’enchaînent suivant les objets à trigger que vous trouverez (fléau, flèches ou autre bombes).

lufia4 lufia5

Bref un gentil petit Role Playing Game que l’on mâche très vite, et comme un chewing-gum, on en perd vite le goût. Même le côté Pokemon avec les Eggs ne permet pas de relever le niveau. Il ne reste qu’à savoir pourquoi les quatre princes des ténèbres souhaitent défoncer la Terre, pourquoi l’épée Lufia réapparaît-elle et encore d’autres « subtilités ». Encore autre chose concernant la version Pal, si vous maîtrisez l’allemand ruez-vous dessus car vous avez le guide Nintendo officiel sinon le jeu existe en américain sous la nomenclature Lufia II: Rise of the Sinistrals.

Publié dans Nintendo, Super Nes | 3 Commentaires »

 

RUSTY presente DJ et DRAGON... |
HIPPODROME DE L'ATLANTIQUE |
Oiseaux exotiques: Canaris,... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lili Croix
| jardin13
| Ecole de danses Flamenco et...